Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/11/2012

Bobotie (Afrique du Sud).

pintades.jpg

Quilt Marie Claire Saint Maux

Collection privée.

 

Le Bobotie, un plat sud africain très connu, je l’ai mangé pour la première fois à Pilgrim’s Rest dans l’Eastern Transvaal.

Un petit village qui doit son nom au fait que les chercheurs d’or sur leur long chemin à la découverte, chemin souvent parsemé de rêves déçus, ont eu le sentiment quand ils ont découvert de l’or à cet endroit, de pouvoir poser leurs valises pour un temps et enfin profiter de leur travail.

Le célèbre Royal Hotel, un bien grand nom pour cet établissement désuet dans lequel de jeunes couples passent encore parfois leur nuit de noces, offre un menu très réduit dont le Bobotie.

On est loin de la gastronomie, qui existe bien sur en Afrique du Sud, mais c’est une occasion de goûter un plat familial et surtout d’apprécier la saveur unique des « curry leaves ».

 

Vous voulez la recette ? La mienne ne respecte pas la méthode de cuisson qui conseille de cuire la viande au four avant d’ajouter le mélange crème-œufs, elle est plus rapide et à mon avis le résultat est correct.

 

Ingrédients pour 4 personnes:

 

800 g de haché de porc et bœuf

2 tranches de pain de mie

2 oignons hachés

2 c à s d’huile d’olive

15 g de poudre de curry de bonne qualité

1 c à s de confiture d’abricots

2 c à s de vinaigre

2 c à s de pignons grillés

une poignée de feuille de curry (Murraya Koenigii)

3 œufs

300 ml de crème fraîche

 

Préparation :

 

Faire tremper la mie de pain et l’essorer.

Mettre une casserole sur le feu, y faire chauffer l’huile pour y dorer la viande.

L’écraser à la fourchette en la retournant constamment.

Ajouter le curry, la confiture et le vinaigre.

Saler et poivrer.

Quand la viande est cuite la transférer dans un plat à gratin.

Faire griller les pignons dans une poêle sans matière grasse.

Battre la crème fraîche avec les œufs, saler et poivrer.

Verser cette préparation sur la viande.

Parsemer de feuilles de curry.

Cuire au four jusqu’à ce que la crème soit consistante.

Garnir avec les pignons.

Servir avec du riz jaune et une salade.

 

 

 

 

 

 

17:04 Publié dans afrique du sud, artquilt | Tags : recette de bobotie, cuisine sud africaine, quilt africain, afriquartquilt | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

25/10/2012

Couscous aux courgettes et aux fèves.

 

1er rouge.jpg

 

Après notre départ des Philippines et la décision pour mon mari de prendre sa retraite, l'idée de devoir rester en belgique n'était pas évidente.

Partager l'année en deux, l'hiver au Maroc et l'été, si toutefois on peut l'appeler ainsi, en Belgique, nous a interpellée et nous sommes donc partis nous installer à Agadir.

Des couscous on en a mangé beaucoup et ils sont tous différents.

Ce qui m'a le plus frappée c'est la différence entre le couscous du riche et le couscous du pauvre. Pour ce dernier il faut partager un os avec un peu de viande autour entre tous les invités et pourtant je crois que c'est celui-là qui est offert avec le plus de « bon coeur ».

Tous les vendredis le couscous est sur la table et il n'est pas rare que les voisins viennent frapper à votre porte pour vous offrir une partie du leur.

Cela peut nous paraître bizarre mais quand je fais des galettes, quand une voisine fait ses confitures et une autre son jus de pomme, tous les proches en profitent aussi.

J'ai choisi cette recette parmi des centaines, la voici.

Couscous aux courgettes, fèves et navets.

Ingrédients pour 6 personnes.

500 g de couscous

500g d’épaule de mouton coupée en morceaux

500 g de courgettes coupées en morceaux

500 g de fèves fraiches écossées

500 g d’oignons coupés en quartiers

250 g de navets épluchés et coupés en quatre

½ bouquet de coriandre fraîche

quelques pistils de safran

sel et poivre 

75 g de beurre pour le bouillon

50 g de beurre pour la graine

3 l d’eau

 

Préparation.

Mettre la viande dans la marmite à couscous. Ajouter l’eau, les oignons coupés en quartiers, sel, poivre et safran.

Laisser bouillir avant de placer le haut du couscoussier de graine.

Préparer une pâte (colle) à base de farine et d’eau.

Y tremper une bande de tissu qui va servir à sceller le bas et le haut de la marmite. Dès que la vapeur commence à s’échapper, compter une demi-heure de cuisson avant d’enlever le couscous pour le déposer dans un plat.

Le travailler à la fourchette en séparant les grains, le laisser refroidir, l’arroser d’eau et attendre que les grains soient bien gonflés et saturés d’eau.

Entretemps mettre dans la marmite les navets et les fèves.

Laisser mijoter un quart d’heure avant d’ajouter les oignons, les courgettes et la coriandre hachée.

Remettre la graine dans la haut du couscoussier et sceller à nouveau le tout.

Dès que la vapeur s’échappe retirer le couscous pour le remettre dans le plat avec le beurre , bien mélanger et verser autant de bouillon que ce que le couscous peut en absorber, sans cesser de remuer.

Placer alors dans un grand plat, creuser le centre pour y déposer viande et légumes.